Vallouimages

Site sur Vallouise, les Écrins, les Alpes et bien d'autres massifs, régions et pays

Névache - Logo de Montgenèvre

1907 - 2007

100 ans de ski

Sommaire Clarée

OT de Montgenèvre

______________________

Montgenèvre vers 1900

Montgenèvre - Le village vers 1900

______________________

Cliquer sur les photos

pour les agrandir

______________________

L'église de Montgenèvre

Montgenèvre - Intérieur du village vers 1900

Intérieur du village vers 1900

______________________

Concours de Ski de 1907

Montgenèvre - Concours international de ski de 1907 - Arc de triomphe

Arc de triomphe

______________________

Concours de Ski de 1907

Montgenèvre - Concours international de ski de 1907

______________________

Mont Chaberton (3131 m)

Montgenèvre - Mont Chaberton (3131 m)

______________________

Il n'y a pas d'article devant Montgenèvre. Le col est donc de Montgenèvre et non du Montgenèvre.

______________________

L'obélisque

Montgenèvre - L'obélisque

______________________

La 'route' est restée un simple chemin muletier jusqu'au début du XIXe siècle.  Elle suivait plus ou moins le tracé de l'ancienne voie romain et traversait le village. La route 'moderne' de Briançon à Cézanne et Suse a été construite, sous l'impulsion et avec les deniers du Préfet Ladoucette, par les paysans du Briançonnais avec l'aide des soldats de la garnison de Briançon. L'Obélisque en commémore l'ouverture en 1802, en quatre langues, français, italien, espagnol et latin.

______________________

L'OT préconise l'accès depuis le nord par le tunnel du Fréjus et l'Italie, de préférence au Col du Lautaret. Elle prend en charge les péages de l'autoroute et du tunnel pour tout achat de 4 forfaits 6 jours perfetto - voir le site de l'OT.

______________________

Malgré la station et les camions qui incitent plutôt à aller se balader ailleurs, on peut effectuer quelques randonnées aux alentours de Montgenèvre :

Dans le Vallon des Baisses, que l'on peut rejoindre depuis la  station du Chalvet en parcourant la crête jusqu'au Col de la Lauze.

L'ascension du Mont Chaberton (3131 m). Comme on le voit de partout, la vue du sommet est immense.  La montée au-dessus du Col du Chaberton emprunte une ancienne piste militaire où les motos tous terrains sont nombreuses malgré les interdits.

Le sentier géologique du Chenaillet (2650 m) permet de découvrir les pillow-lavas ou laves en coussinets, vestiges d'un ancien fond océanique.

Le GR5 traverse le plateau.

En hiver, Montgenèvre et Clavière se trouvent sur l'itinéraire de la Haute Trace des Escartons, randonnée nordique en plusieurs étapes reliant Saint-Véran à Névache par Cervières. Attention, la descente sur la Clarée peut être incertaine.

______________________

Bonne table

La Cloche

Route d'Italie, Montgenèvre
04 92 21 91 38 - 06 42 89 48 14

Chris et Viviana Dissete régalent dans leur nouveau restaurant plein de charme

______________________

______________________

 

 

  

Passer en plein écran en pressant la touche F11 de votre clavier

Montgenèvre

Montgenèvre - Clavière

Montgenèvre - Le village vers 1900

Montgenèvre - Monginevro en italien - est situé sur le plateau du col éponyme à 1850 m d'altitude,  aux confins du Briançonnais et de la Haute Vallée de Suse - Alta Valle Susa in provincia di Torino, entre France et Italie. Le village perpétue l'oppidum gaulois établi au-dessus de Clavière et la station romaine sans doute plus proche du bourg actuel. Le territoire de la commune recouvre largement le beau vallon glaciaire suspendu du Col de Montgenèvre - Passo del Monginevro - jusqu'à la frontière avec l'Italie, peu avant Clavière et le plongeon vers Cézanne - Cesana Torinese. Autrefois, village briançonnais typique, sur la plus fréquentée des routes reliant la France et l'Italie, Montgenèvre est devenu aujourd'hui une station de ski moderne, tournée vers le Piémont italien, sur un axe de circulation en déclin entre Marseille et Turin, mais essentiel pour le désenclavement du Briançonnais (trains pour Paris (!) à Oulx, aéroports internationaux à Turin et surtout Milan).

Montgenèvre en bref 

Code postal : 05100

Code Insee : 05085

Canton : Briançon nord

Communauté de communes : Briançonnais

Noms historiques : Mons Jani (1189), Villa Montis Jani (186, 1343, 1486), Mont Genèvre (1529) (1).

Les écritures le Montgenèvre avec article, ou Mont-Genèvre avec un trait d'union sont erronées.

Habitants :

Commune : Genèvremontains, Genèvremontaines ; Montgervois, Montgervoises ; Montgervas, MontgervasesMontgenèvrois, Montgenèvroises.

Nombre d'habitants : 466

466 habitants au recensement de 2007, en diminution de 32 habitants soit - 6,4 % par rapport au précédent recensement de 1999.

498 habitants au recensement de 1999, en diminution de 21 habitants soit - 4 % par rapport au précédent recensement de 1990.

Superficie : 4 007 ha = 40,07 km2, soit  11,63 habitants au km2

Altitudes extrêmes :

1 360 m au confluent entre la Clarée et la Durance - 3 131 m au Mont Chaberton.

Principaux hameaux : Les Alberts, le Canton.

 

Montgenèvre - Le village sous la neige avant le ski

Les photos d'avant 1950 montrent un village dont les maisons aux toits de bardeaux étaient regroupées autour de l'église, en bordure de l'ancienne route, construite en 1805, qui déjà passait à l'extérieur.

Parmi celles-ci, l'hôtel Balcet était la halte obligée des diligences, puis des cars qui franchissaient le col.

Le passage de la route, avec l'arrêt à la douane, générait donc un peu d'animation - franchir un col était une expédition à l'époque et il fallait offrir le repos aux touristes et aux machines, mais l'activité de base demeurait l'agriculture avec l'exploitation des grasses prairies du plateau.

Montgenèvre - Le village sous la neige avant le ski

Montgenèvre s'enorgueillit d'être la doyenne des stations de ski françaises où  le Club Alpin organisa en 1907 le premier concours de ski. Elle devint dès 1930 une station à la mode avec un premier remonte-pente installé en 1936. Malgré l'extension de son territoire en 1947, le développement de la station ne décolla pas avant les années 1970 où on remontait encore les pentes à deux sur un arc de cercle en bois - Bonjour, les chutes au départ et le déséquilibre ensuite ! Par contre, depuis la station s'est bien rattrapée : les remontées mécaniques sont modernes et nombreuses, les domaines skiables de Montgenèvre, Clavière, San Sicario et Sestrières sont interconnectés  pour former le domaine de la Voie lactée, le projet 3000 sur le sommet du Chaberton sort des cartons avec la mise en service de 2 Télémix des Chalmettes et de Serre Thibaud en décembre 2008,  les chalets ont recouvert toutes les pentes de l'adret et les lotissements grignotent la zone du col en direction de l'Italie. Enfin, la route passe en galerie couverte sous la station depuis la fin 2005, libérant un front de neige directement accessible et sans risque, mais malheureusement les parkings n'ont pas été couverts par la même occasion.

Montgenèvre - Vue générale vers 1900

Montgenèvre - Vue générale vers 1900

Montgenèvre - Vue générale avant le ski

Montgenèvre - Vue générale avant le ski

Le plateau du col et le village avant le ski

Vers 1900

Vers 1900

Avant 1940

Avant 1940

Montgenèvre - Vue générale avant le ski

Montgenèvre - Vue générale avant le ski

Montgenèvre - Vue générale avant le ski

Montgenèvre - L'ancien village

Le plateau du col et le village avant le ski

Ancien village

Avant 1940

Avant 1940

Avant 1940

Avant 1940

Cliquer sur les photos pour les agrandir

Le village a été complètement bouleversé par le développement de la station. L'église et le vieux bourg aux maisons transformées en constituent toujours le cœur, mais tout le reste n'est que chalets ou immeubles neufs. L'ensemble est à vrai dire assez disparate, souvent peu esthétique et manifestement construit sans schéma directeur, comme dans beaucoup de villages devenus stations. La plupart de ses 466 habitants (Insee, population légale 2007) ne vivent plus que du tourisme, hivernal beaucoup - ski de piste, de fond, raquettes, estival un peu - golf, marche, ... Détails sur le site internet de la station. Par contre, hors saison, le village est carrément mort, sans commerce

Le choix stratégique initial d'une mono-activité touristique hivernale et le développement incontrôlé de l'urbanisme de la station de ski ont tué le village et fait disparaître toute vie villageoise et, plus grave, n'ont pas permis à sa population de rester au pays (519 habitants en 1990, 498 en 1999 et 466 en 2007, encore ces chiffres incluent-ils le hameau dynamique des Alberts). Le village de Montgenèvre n'est plus qu'une station dortoir. Les récentes constructions et les projets en cours au Mont Chaberton ressemblent fort à une fuite en avant immobilière et touristique incapable de maintenir une activité à l'année au village, qui ne profitera qu'aux seuls investisseurs et encore pas sûr tant l'offre des stations est supérieure à la demande, mais au prix d'un lourd impact environnemental. La station se développe à vrai dire à contre-courant, car au lieu de développer le domaine transfrontalier de la Voie lactée, et de renforcer la synergie avec ses voisines italiennes, elle a choisi le cavalier seul en investissant les pentes et vallons du Mont Chaberton qui ne lui apportera que la gloriole d'atteindre les 3 000 mètres d'altitude.

Montgenèvre - Église Saint-Maurice

Montgenèvre - Église Saint-Maurice

Montgenèvre - Place de l'église

Montgenèvre - Rue du village

Montgenèvre - Maison traditionnelle

Église Saint-Maurice

Vieux village

Novembre 2005

Novembre 2005

Novembre 2005

Novembre 2005

Cliquer sur les photos pour les agrandir

Le territoire de Montgenèvre de 4007 ha culmine à 3131 m au Mont Chaberton depuis la rectification de frontière de 1947. Il recouvre les deux versants de la belle auge glaciaire longue de 5 km qui constitue le col, ainsi que ses vallons affluents : au nord, le Vallon de l'Alpet et le Vallon des Baisses qui remonte jusqu'à la Pointe des Rochers Charniers (3056 m), et, surtout au sud, les cirques des sources de la Durance et des sources de la Doire, seulement séparés par l'échine issue de l'arête nord du Chenaillet (2650 m), frontière d'avant 1947 et ligne de partage des eaux. La première rejoint le Rhône et la Méditerranée, la seconde le Pô et l'Adriatique. À l'ouest, le territoire de la commune s'étend depuis le Sommet de Château Jouan (2565 m) jusqu'à la Clarée (1360 m), incluant les hameaux des Alberts et du Canton. À l'est, la frontière avec l'Italie englobe la totalité du Mont Chaberton, et, contourne le village italien de Clavière, autrefois les Clavières, ancien hameau de Montgenèvre, avant le plongeon de la Doire dans les Gorges de Saint-Gervais.

Montgenèvre - Mont Chaberton (3131 m)

Montgenèvre - Vallon des Baisses - Pointe des Trois Scies (3032 m)

Montgenèvre - Vallon des Baisses - Col des Trois Frères Mineurs (2586 m)

Montgenèvre - Vallon des Baisses - Côte Jalabert

Mont Chaberton

Vallon des Baisses

Côte Jalabert

Août 2000

Août 2000

Août 2000

Août 2000

Cliquer sur les photos pour les agrandir

Le Col de Montgenèvre a été de tous temps une importante voie de passage. Situé sur la Via Domitia  entre Turin et l'Espagne à l'époque romaine, il constitua le trait d'union entre les Escartons piémontais et briançonnais stricto sensu jusqu'au Traité d'Utrecht en 1713. Montgenèvre devint alors village frontière sur la ligne de partage des eaux, et, amputé de l'est de son territoire, fut séparé de son hameau les Clavières. Cela n'empêcha pas la reprise des communications au XIXe siècle - construction de la route à l'extérieur du village en 1802 - et surtout au XXe siècle avec l'essor de l'automobile et du tourisme. Le traité de paix avec l'Italie de 1947 repoussa la frontière à l'extrémité Est du plateau juste avant la commune italienne de Clavière, intégrant à nouveau le Vallon des Baisses, le Mont Chaberton et les sources de la Doire dans le territoire communal. L'explosion du trafic se poursuivit après la seconde guerre mondiale au point que  le Col de Montgenèvre était le passage le plus fréquenté entre la France et l'Italie jusqu'à l'ouverture en 1965 du tunnel du Mont-Blanc qui lui retira une bonne partie du trafic.

Néanmoins, malgré le renfort du tunnel du Fréjus en 1980, le col frisa à nouveau la saturation au début des années 2000, traversé quotidiennement par une cohorte de camions. Un numerus clausus est aujourd'hui appliqué avec en théorie un régime dérogatoire uniquement pour les camions appartenant à des sociétés ayant leur siège social dans les Hautes-Alpes ou la Haute Vallée de Suse. Malgré cela, le trafic des camions reste encore trop élevé et particulièrement impopulaire. Heureusement,  depuis novembre 2005, la déviation souterraine limite l'impact des nuisances sur la vie du village et de la station. Les briançonnais sont nombreux également à emprunter le Col de Montgenèvre - service de navettes - pour se rendre à Oulx, seconde gare ferroviaire de Briançon -TGV pour Paris (!), voire aux aéroports de Turin et Milan.

L'espoir grandit de voir bientôt commencer le percement d'un tunnel ferroviaire sous le col, puisque celui-ci est désormais inscrit dans le contrat de projets 2007 - 2013 entre l'État et la région PACA. Il permettra de relier la région au réseau TGV et d'acheminer le trafic poids lourd par ferroutage à partir des plates-formes intermodales prévues à Chorges et Mont-Dauphin. La station elle-même en bénéficiera car sa réputation pâtit beaucoup aujourd'hui de son accès au pas derrière des camions sur ses deux versants. Comme la remise à niveau de la ligne ferroviaire  Marseille - Briançon est en cours, on peut espérer de bien meilleurs conditions de circulation dans la région.

Montgenèvre - Le village vers 1900

La route de Ladoucette ne traverse plus le village mais passe à l'extérieur.

Il reste peu de chose du patrimoine vernaculaire. Les destructions due à la guerre puis à la transformation du village ont effacé beaucoup de traces du passé. Le clocher du XIIe siècle de l'église Saint-Maurice serait l'un des plus anciens de la région, antérieur à l'église actuelle reconstruite au début du XVIIIe siècle. Il comporte un curieux fanal, autrefois pour guider les voyageurs,  aujourd'hui pourvu d'une webcam orientable à distance. L'église vient d'être restaurée et a retrouvé son beau plafond peint. Les Chapelles Saint-Roch - dans le village, Notre-Dame du Col ou des Sept Douleurs - à l'ouest, et, Sainte-Anne - à l'est, datent également du XVIIIe siècle.

Montgenèvre - Hôtel Balcet, halte des voyageurs franchissant le col

Clavière - Côté Montgenèvre

Clavière - Passage de la douane italienne

Clavière - Douaniers et Carabiniers italiens

Hôtel Balcet

Clavière

Clavière - La douane italienne

vers 1900

vers 1900

vers 1900

vers 1900

Cliquer sur les photos pour les agrandir

Clavière, commune italienne de 169 habitants, située à l'extrémité orientale du plateau du col, fut, sous le nom les Clavières ou las Clavieras, l'un des principaux hameaux de la communauté de Montgenèvre avant la cession des Escartons piémontais en 1713. Son territoire de 267 ha a beaucoup souffert de la rectification de frontière de 1947. Il est divisé en deux : la zone du village, exiguë et enclavée,  au-dessus des gorges de la Doire, d'une part, et, une zone montagneuse sur la rive ouest de la Valle Gimont. Elle partage ses domaines skiables, fond et piste, avec Sagna Longa sur la commune de Cesana Torinese et avec Montgenèvre. La collaboration transfrontalière entre Clavière et Montgenèvre est d'ailleurs très active. Contrairement à son voisin, le village de Clavière  reste traversé par la route mais il va bénéficier de sa réfection jusqu'à Cesana Torinese réalisée à l'occasion des Jeux Olympiques de Turin en 2006.

Le village fut complètement rasé lors de la seconde guerre mondiale et entièrement reconstruit après la guerre. La frontière installée au coeur du village fut démantelée au début des années 1990. La traversée du bourg est dotée de feux tricolores qui passent au rouge en cas de dépassement de la vitesse limite autorisée.

La Chapelle de la Visitation de la Vierge sur le site d'origine du hameau des Clavières, à l'entrée du Vallon des Baisses, au-dessus du village actuel, n'existe plus. Mais l'église paroissiale actuelle est encore consacrée à Notre-Dame de la Visitation.

La Chapelle de Saint-Gervais et Saint-Protais, à l'Est de Clavière, fut détruite en partie durant la guerre et ce qui en restait fut démoli en 1957. Elle est citée au IVe siècle. Une nouvelle chapelle a été construite à l'emplacement d'origine.

__________

Haut de page

__________

Notes et Références :

(1) Joseph Roman - Dictionnaire topographique des Hautes-Alpes, 1884.

(2) ...

__________

Les hameaux de Montgenèvre :

Les Alberts (1364 m) qui aligne ses belles maisons le long de l'ancienne route d'Italie,et,

Le Canton (1364 m), séparés seulement par le Pré du Fournil et la Place de l'église où se situe le four banal.

Ils constituent l'un des plus beaux ensembles de la vallée de la Clarée.

Toponymie de la Clarée - Étude et Étymologie des noms de lieux de la Clarée.

Bannières et Logos de la vallée - Liens et Annuaire de la vallée

Sommaire de la Vallée de la Clarée

             

Web Vallouimages Pays des Écrins Flore alpine

 

 

Home  Accueil  Briançonnais
     
  Haut de page  
Première version Dernière version Dernière correction
Février 2006 Février 2011 Janvier 2013

 

 

Rome ne s'est pas fait en un jour,

ce site non plus !

Mais il faut bien commencer ...

Sortie

Version 1.00

Octobre 2004